Sessions de formation

L’éducation n’est pas un privilège, mais un droit fondamental qui permet et facilite l’effectivité des autres droits de l’enfant, qui contribue au développement harmonieux de celui-ci ainsi que le bien-être économique, social et culturel de la société.
 L’éducation pour les droits de l’homme fait partie intégrante du droit à l’éducation, en tant qu’instrument essentiel de l’application et du respect des droits et des libertés.

2015   2016   2017   2018  

Cours et ateliers organisés au cours de l’année 2015

Pour le personnel didactique

  • Cours de formation sur le thème: Éducation pour les droits de l’homme et de l’enfant”


Académiques

  • Session de communications scientifiques sur le thème „Droit à la bonne gouvernance”, organisée à l’occasion de la 25ème anniversaire de la création de la École nationale d'études politiques et administratives et de la 70ème anniversaire de la création de l’Organisation des Nations Unies et de la 60ème anniversaire de l’adhésion de la Roumanie à l’ONU


Retour


Cours et ateliers organisés au cours de l’année 2016

Pour le personnel didactique

Dans le domaine de la formation continue des enseignants et des professeurs qui réalisent l’éducation pour les droits de l’homme, l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme a continué au cours de l’année 2016 l’organisation, en partenariat avec la Maison du Personnel Didactique de Bucarest, du programme de formation sur le thème „Éducation pour les droits de l’homme et de l’enfant”. Ce programme est accrédité par le Ministère de l’Éducation Nationale ayant comme public cible le personnel didactique et didactique-auxiliaire de l’enseignement préuniversitaire.

  • Cours de formation sur le thème „Éducation pour les droits de l’homme et de l’enfant”


Académiques

  • La coordination de la Chaire UNESCO pour les droits de l’homme, la démocratie, la paix et la tolérance par l’IRDH et l’Université de Nord de Baia Mare est une activité à caractère permanent qui inclut des cours de master, les seuls de ce type en Roumanie; la Chaire fonctionne sur la base d’un accord conclu entre l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture – Paris, l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme et l’Université de Nord de Baia Mare. Cette Chaire est un centre de recherche, de débat et de formation au niveau post-universitaire dont les programmes de master, les seuls de ce type en Roumanie, intègrent, en accord avec les évolutions et les progrès enregistrés dans ce domaine spécifique, les résultats des recherches réalisées au niveau national et international. En 2016 une nouvelle promotion a obtenu le diplôme de master en droits de l’homme, démocratie, paix et tolérance.
  • Cours sur le thème „Interprétation et application de la Convention et des Protocoles additionnels. Jurisprudence de la CEDO”


Retour


Cours et ateliers organisés au cours de l’année 2017

Pour les enfants

En 2017, l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme s’est fixé comme objectif prioritaire, dans le contexte plus large de sensibilisation à la nécessité de connaître et de respecter les droits de l’homme, d’informer et de sensibiliser les enfants à la problématique de la discrimination et de l’intolérance. Ainsi, les sessions de formation et d’information ont visé ces aspects, différentes manifestations étant organisées tant au siège de l’Institut que dans le pays avec les partenaires de l’IRDH.

  • Dans le cadre du partenariat établi entre l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme et l’École secondaire „Ion Vişoiu” de la ville de Chitila, les élèves ont été invités au siège de l’IRDH où un atelier a été organisé ayant comme objectif d’informer les jeunes sur la lutte contre le racisme, l’intolérance et la xénophobie. Dans le cadre d’une session de questions-réponses et des débats sur la reconnaissance des droits de l’homme on a discuté le thème de la discrimination, de l’intolérance et de la migration.
  • A l’occasion de la Journée Internationale de Commémoration des Victimes de l’Holocauste, le Directeur de l’IRDH a été invité, en vertu du protocole de partenariat avec le Lycée théorique „Tudor Vladimirescu” de Bucarest d’ouvrir les travaux de la Conférence sur le thème „La tolérance est-elle une valeur effective? Quelle est la relation entre les droits de l’homme et les valeurs spécifiques d’une société démocratique?”
  • La deuxième édition du Symposium municipal intitulé „Ne pose pas d’étiquettes, ne discrimine pas, n’oublie pas !” organisée à la Bibliothèque Municipale „Petru Maior” de Targu-Mureş
  • La Campagne „Disons NON à la discrimination!” a réuni des sessions ponctuelles d’information dans plusieurs lycées de Ploieşti et de Buzău.
  • La Campagne sur le thème „Sans haine, avec tolérance” déroulée dans le cadre du concours national ayant le même titre
  • Les débats sur le thème de la discrimination et de la lutte contre le racisme ont également eu lieu dans le cadre du projet „L’école autrement”, à cette occasion étant organisée aussi la table ronde sur le thème „Rôle de l’éducation civique dans la lutte contre le racisme”

Académiques

  • Symposium sur le thème „Racisme et xénophobie envers les migrants. Défis pour les institutions européennes”


Retour


Cours et ateliers organisés au cours de l’année 2018

22 février-3 mai
Cours de longue durée intitulé „Éducation pour les droits de l’homme dans le milieu scolaire” auquel ont participé, pendant plusieurs semaines, pour un total de 40 heures, 30 personnes – personnel didactique (ayant des fonctions de direction ou impliqué dans différents projets scolaires) et personnel non didactique (secrétariat, bibliothèque).

15 mars
En partenariat avec la Maison du Personnel Didactique de Bucarest, le Secteur de formation de l’IRDH a organisé l’atelier-débat intitulé „Entre la discipline scolaire et les droits de l’enfant”. L’atelier a eu comme objectif la présentation des droits de l’enfant tels qu’ils sont mentionnés dans la Convention internationale relative aux droits de l’enfant, en soulignant les droits qui sont d’intérêt prioritaire du point de vue du contexte scolaire, et en mettant l’accent sur les responsabilités qui reviennent aux élèves et au personnel didactique quant à leur application.

28 mars
A l’invitation de l’École„Prof. Ion Vişoiu” de Chitila, l’IRDH a présenté, dans le cadre de la „Semaine autrement” déroulée dans cette école, un matériel interactif sur le droit à l’éducation des enfants, dans les conditions où il existe un risque de plus en plus élevé de regarder l’école plus qu’une obligation qu’un droit qui doit être fructifier.

29 mars
Toujours dans le cadre de la „Semaine autrement”, l’IRDH a été invité à participer à l’action de sensibilisation et d’atténuation d’un phénomène fréquemment rencontré à l’école: le bullying. Un mini cours avec des applications conçues pour le niveau de compréhension des enfants a présenté ce sujet au l’Lycée „Nicolae Iorga” de Bucarest.

30 mars
« Comment allons-nous traiter les personnes handicapées », tel était le thème d’un cours visant à sensibiliser l’opinion aux différences entre les individus et à la nécessité d’aider ceux qui, pour diverses raisons, ne peuvent participer pleinement à la vie sociale.

18 avril
Cours consacré à un droit de l’enfant qui n’a pas toujours été une priorité pour les adultes - le droit de jouer et de participer à des activités récréatives.

25-26 avril
Deux cours de formation axés sur l'éducation aux droits de l'homme et adressés au personnel enseignant sur le thème « Entre discipline scolaire et droits de l'enfant »

21 mai
Cours consacré à la mise en œuvre des droits des personnes âgées en soins de longue durée dans des centres spécialisés ou à domicile.

3 août
Cours d'une journée sur la protection contre la violation des droits sur Internet principalement destiné à la protection des mineurs. 30 représentants d'institutions du comté de Constanţa ont assisté au cours.

26 septembre
L’Institut Roumain pour les Droits de l’homme, en collaboration avec ses partenaires de United Way et du musée de la municipalité de Bucarest - Palais Şuţu - a organisé un atelier de formation interactif destiné à 20 enfants vulnérables (y compris des enfants roms) bénéficiaires du programme UWRo et sous les soins de plusieurs organisations à but non lucratif.
Le projet commun reposait sur l’idée que l’éducation signifiait la connaissance de soi et la connaissance d’autrui, tandis que la prise de conscience de ses propres droits supposait une meilleure gestion des relations entre les enfants - à l’école et dans la société. La méthode d'apprentissage utilisée dans le cadre du cours, suivie d'un atelier de dessin, était non formelle, la classe éducative étant basée sur le jeu et la co-participation.
Ainsi, le cours intitulé «Les droits de l’enfant pour les enfants» visait à mieux comprendre la nécessité de connaître ses propres droits et libertés, mais également de respecter les droits des autres.

Voir plus de détails ici (ro).

10 octobre
La stratégie de l’Institut concernant la formation du personnel des organisations non gouvernementales travaillant directement avec des mineurs souligne la nécessité de créer un cours présentant les politiques organisationnelles relatives au droit de l’enfant à la protection. Ce cours a été mis en œuvre avec l’assistance de l’organisation United Way Romania qui a assuré la participation d’experts à la session de formation (directeurs, coordinateurs de projet, pédagogues scolaires, assistants sociaux, enseignants) de 10 organisations (Association Touched Romania, Fondation YOYO, Fondation Providenţa, Association Ana şi copiii, Association Arhidiacon tefan, École Rut, Association Lindfeld, Fondation Inocenţi, Lycée Mihail Kogălniceanu, Association ROI).
Le cours a présenté les droits des enfants à la protection qui pourraient être mis en œuvre au niveau organisationnel, y compris les mesures nécessaires pour que les enfants puissent participer eux-mêmes (informations sur leurs droits, implication des enfants dans le processus de décision en matière de protection, rôle adapté à leur âge avec l'adoption de ces politiques); questions liées aux attitudes et comportements recommandés ou interdits; prévention des abus; reconnaître, signaler et réagir facilement aux accusations d'abus; recrutement et formation du personnel.
Les discussions qui ont suivi ont mis en évidence certains des problèmes et obstacles rencontrés par ceux qui assumaient la difficile mission de mettre en œuvre et de protéger les droits des enfants, ces derniers étant le plus souvent en situation de vulnérabilité.

 15 novembre
 Au Collège technologique «Dimitrie Gusti» à Bucarest, l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme a organisé un cours de formation pour le personnel enseignant et auxiliaire de l’institution d’enseignement. En vue du 3 décembre prochain, jour de la célébration de la Journée des personnes handicapées, la session visait à informer sur les droits des personnes appartenant à cette catégorie vulnérable. Les discussions ont également porté sur la mise en œuvre de politiques et de bonnes pratiques en milieu scolaire, qui devraient conduire à l'élimination des tendances discriminatoires - rencontrées parmi les élèves ou les enseignants - causées par l'existence d'un handicap.
 Il a été souligné que les personnes handicapées peuvent être victimes de discriminations multiples, car les discriminations liées au handicap s'ajoutent à celles liées au genre, à l'appartenance ethnique, à la classe sociale ou au niveau d'insertion sociale, au logement (urbain ou rural), au degré de pauvreté, etc.

 20 novembre
 La Journée mondiale de l’enfance a été célébrée par l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme et les élèves de l’école secondaire n ° 117 de Bucarest. Deux classes de cinquième année - dont le programme comprend l’étude des droits de l’enfant - ont participé à des ateliers interactifs consacrés à la tolérance, à l’empathie et à l’acceptation mutuelle. La thématique visait à amener les enfants à comprendre différents points de vue sur un problème ou une réalité et sur le fait que, même si les points de vue semblent complètement différents, il peut exister des points communs entre eux.
 Afin de mieux comprendre ces choses, le point de départ était la présentation d’images doubles, qui pouvaient être interprétées différemment selon leur angle de perception. Après avoir déchiffré les images et exprimé leurs opinions, les enfants ont été encouragés à illustrer par des situations réelles l’existence de deux points de vue différents susceptibles de coexister.

 21 novembre
 Au collège «Prof. Ion Vişoiu», dans le cadre du projet interculturel au niveau de l’unité éducative intitulée «Ensemble pour la communauté dans l’Année du Centenaire», l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme a organisé un cours interactif correspondant à un objectif important du projet : acquérir les compétences de communication et de socialisation, en mettant l’accent sur les techniques de communication non violentes. Ainsi, le sujet choisi était: «10 obstacles à la communication».
 Les élèves de deux classes - VI et VII - ont participé à l’élaboration du thème proposé et ont identifié plusieurs obstacles à la communication: menaces, accusations, insultes, interprétations erronées, etc. Ils ont également illustré des situations vécues en classe ou dans d’autres contextes sociaux où d’une barrière de communication avait conduit à la survenue de violence sous forme verbale ou physique.

3 décembre
 Afin de sensibiliser l’opinion à l’importance de la Journée internationale des personnes handicapées, célébrée chaque année le 3 décembre, l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme a organisé un atelier à l’école secondaire n ° 88, auquel ont participé trois classes de 4ème.
 Les ateliers visaient à faire comprendre aux enfants les problèmes rencontrés par une personne présentant un certain type de handicap et comment ils pourraient contribuer à la réduction des obstacles rencontrés dans l’environnement ou dans la communauté (réduction ou élimination de la discrimination, augmentation de la tolérance à l’égard de ce qui est différent, etc.).
 Pour y parvenir, au-delà des discussions et des échanges d'idées avec les élèves, les enfants ont été impliqués dans une application pratique destinée à leur faire percevoir directement les difficultés engendrées par un handicap. Ainsi, les enfants ont été regroupés en équipes de cinq personnes, qui ont reçu des fiches écrites contenant des articles de la Convention internationale des droits de l'enfant et un représentant de chaque équipe a «lu» l'article que son équipe avait reçu. Cependant, la «lecture» se faisait uniquement en remuant les lèvres, sans aucun son, de sorte que le reste des enfants soit obligé de déchiffrer et d'interpréter le message uniquement en regardant les lèvres de leur collègue. L’équipe de chaque représentant avait pour mission de deviner le contenu de l’article et de le rendre aussi fidèlement que possible. Les retours ont prouvé que le défi, au-delà de la nouveauté de la situation, faisait bien comprendre aux enfants les nombreuses difficultés qu’éprouvait une personne ayant une déficience auditive.


Retour