Sessions de formation

L’éducation n’est pas un privilège, mais un droit fondamental qui permet et facilite l’effectivité des autres droits de l’enfant, qui contribue au développement harmonieux de celui-ci ainsi que le bien-être économique, social et culturel de la société.
L’éducation pour les droits de l’homme fait partie intégrante du droit à l’éducation, en tant qu’instrument essentiel de l’application et du respect des droits et des libertés.

2015   2016   2017   2018  

Cours et ateliers organisés au cours de l’année 2019

25 mars
L’avant-dernier arrêt de la Caravane a eu lieu au Lycée technologique „Vintilă Brătianu” de Dragomirești Vale. Les élèves participants à cette activité d’éducation non-formelle ont reçu du représentant de l’IRDO des informations concernant leurs droits et obligations, le droit de vote étant la modalité par laquelle ils peuvent participer à la vie de la communuaté.

Représentant le Centre d’Information Europe Direct, la coordonnatrice de cette institution, Loredana Licuta, a présenté aux élèves la typologie du théâtre forum, en les invitant à s’impliquer dans le changement de l’histoire interprétée par les jeunes acteurs amateurs du Collège National „Ion Creangă”, du Lycée théorique „Jean Monnet” et du Lycée „Mihail Sadoveanu” de Bucarest.

Plus d’informations sur: http://europedirectbucuresti.ier.ro/evenimente/teatru-forum-la-liceul-tehnologic-vintila-bratianu-din-dragomiresti-vale/

19 mars
L’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme a accueilli les élèves de l’Ecole Secondaire „Vulcana Pandele” du département de Dâmboviţa impliqués dans le projet Erasmus „Kids, stand up for your rights!”, et des partenaires de France et de Pologne.

Le projet a eu comme objectif la sensibilisation des enfants à la nécessité de comprendre et d’exercer leurs droits, et au fait que tout droit représente en même temps une responsabilité. La connaissance des droits et des libertés fondamentales et des modalités de les exercer constituent des objectifs essentiels de leur protection au niveau national et européen. Egalement, un but important du projet est d’accroître l’implication des jeunes dans la promotion de leurs droits et leur participation dans la vie de la communauté.

Les activités qui vont impliquer les enfants jusqu’au mois d’août 2020 visent justement la réalisation de ces objectifs. Ces actions ont également inclus une visite au siège de l’IRDO. Le groupe d’élèves de VIème et de VIIème ont reçu des informations sur les activités que l’Institut réalise pour la promotion et la protection des droits de l’enfant et ont participé à un atelier sur le thème du droit à l’éducation, leur contribution y étant essentielle.

Les tests-questions, les histoires à compléter, les fiches à compléter avec les expériences personnelles, ont été autant d’occasions d’interaction et de coparticipation à la réalisation de l’atelier et de vérifier la compréhension des notions et des informations apprises.

15 mars
Pour préparer la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale (21 mars), l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme a organisé un cours de formation destiné aux responsables de l’application de la loi qui suivent des stages de formation au sein de l’Institut d’Etudes pour l’Ordre Public sur le thème de la prévention et de la lutte contre toute forme de discrimination.

L’objectif de la session de formation a visé l’acquisition, de manière dynamique et interactive, des connaissances sur les normes législatives internationales, européennes et nationales, concernant la prévention et la lutte contre la discrimination. L’activité s’est déroulée dans une section théorique – de présentation des documents pertinents au niveau international et régional, ainsi que de la législation nationale en matière de discrimination, accompagnée de discussions et d’explications.

La deuxième partie a eu comme point de départ une étude de cas où une personne – interpellée par la police et a subi quelques mesures – a réclamé un traitement discriminatoire de la part des responsables avec l’application de la loi.

Les participants au cours ont été divisés en deux groupes, l’un représentant le Citoyen qui a invoqué la violation des droits fondée sur l’appartenance ethnique, et le deuxième groupe constitué des Cadres de la police accusés de discrimination. On leur a demandé, dans la limite des informations fournies et tenant compte des dispositions législatives présentées avant, de décider quels droits ont été violés et si on pourrait parler ou non de discrimination. Il y a eu des points de vue pro et contre, étant invoquées la législation et les dispositions en vigueur. Par cet exercice on a visé l’application dans une situation concrète des connaissances théoriques apprises, ainsi que la conscientisation de la nécessité de traiter avec objectivité toute situation, malgré tendance d’analyser de manière subjective.

A cet cours ont participé 27 cadres de police, appartenant aux structures de Bucarest et aux structures locales (Gorj, Tulcea, Botoşani, Mures, Sălaj, Călăraşi, Constanta, Alba, Vaslui, Prahova, Giurgiu) à savoir: l’Inspectorat Général de la Police Roumaine (IGPB), la Direction Générale de la Police de Bucarest (DGPMB), les Inspectorats Départementaux de la Gendarmerie (IJJ), les Inspectorats Départementaux de Police (IPJ), les Sections Régionales de Police des Transports (SRPT) etc.

7 mars
Un nouvel événement de la Caravane de théâtre forum „C’est dans ton pouvoir de changer les choses”, conçu et animé par le Centre d’Information Europe Direct, en partenariat avec l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme, a eu lieu à Brănești.

En première partie, Loredana Licuta, coordonnatrice du Centre d’Information Europe Direct a souligné la mission et les activités de l’institution, ainsi que les caractéristiques du théâtre forum, en tant que type d’activité d’apprentissage et de participation non formelle. Adrian Bulagru, directeur de l’IRDO, a souligné le fait que l’Institut est la première institution pour les droits de l’homme créée en Roumanie et a mis en évidence brièvement l’importance de la promotion et du respect des droits de l’homme, sans oublier cependant de souligner les obligations qui en découlent. L’appel de ces deux organisations partenaires – CIED et IRDO –  adressé aux jeunes a été d’exercer un droit essentiel et de voter aux élections europarlementaires du 26 mai.

Comme pour les autres représentations, les acteurs amateurs – des lycéens de Bucarest – ont présenté devant le public quelques scènes la vie électorale et quelques personnages rendus classiques par exagération. Les élèves spectateurs ont eu la possibilité de remplacer les acteurs et de corriger l’histoire par certaines attitudes et comportements qui ont donné un final heureux à la pièce.

A la fin de l’action, Ana-Maria Holotă et Ingrid Șulț, young multipliers au sein du programme de la Commission Européenne et des Centres d’Information Europe Direct de l’Union Européenne ont souligné, par le recours à des exemples suggestifs, l’importance du vote aux élections euro parlementaires.

Plus d’informations sur: http://europedirectbucuresti.ier.ro/evenimente/caravana-sta-in-puterea-ta-sa-schimbi-ceva-la-branesti-ilfov/

15 février
La présence des jeunes âgés de 18 à 24 ans aux élections euro parlementaires représente un taux relativement bas au niveau européen.

En 2014, par exemple, seulement 28% des jeunes européens ont exercé leur droit de vote. En ce qui concerne la Roumanie, la participation des jeunes appartenant au groupe d’âge mentionné (18-24 ana) est plus réduite encore, de 20% seulement.

La conscientisation de l’importance du droit de voter et d’élire les représentants nationaux au Parlement Européen est la principale mission avec laquelle la Caravane „C’est dans ton pouvoir de changer les choses” a démarré son activité cette année.

Conçue comme une série d’événements d’éducation non-formelle, la campagne de responsabilisation, réalisée à l’initiative du Centre d’Information „Europe Direct”, en partenariat avec l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme, se propose comme objectif de présenter aux jeunes, de manière interactive, des arguments et des motivations pour qu’ils participent aux élections de 26 mai 2019 afin de contribuer au changement positif de la réalité européenne.

Vue que la campagne d’information s’adresse aux citoyens ayant le droit de vote – surtout à ceux qui votent pour la première fois - et qu’elle vise particulièrement les communautés défavorisées ou/et les localités où l’information arrive plus difficilement, cette année le premier arrêt a été dans la localité de Ciofliceni (Snagov), au Lycée théorique „Mihail Kogalniceanu”, où 32 élevés ont été, avec leurs enseignants, des spectateurs et en même temps des coparticipants directs à la mise en scène d’une pièce de théâtre de type forum.

Cette méthode de théâtre forum proposée par la campagne consiste non seulement dans la participation à une pièce de mœurs électorales. Elle encourage la réflexion, provoque des réactions et génère des débats sur un sujet considéré parfois comme ennuyeux par les jeunes. En même temps, elle offre la chance de pouvoir intervenir en tant que participant direct dans le déroulement de la pièce en changeant des attitudes et des situations et en améliorant le cours des événements. Par cet exercice – direct et participatif – les élèves comprennent mieux la valeur de leur propre implication.

Ont participé à cet événement les jeunes élèves du Lycée Théorique „Jean Monnet”, du Collège National „Ion Creanga” et du Lycée Théorique „Mihail Sadoveanu” de Bucarest. Le formateur de la troupe de théâtre sur le thème des élections pour le Parlement Européen a été Mandruta Andreescu, de l’Association „Jeunes pour l’Europe de demain”.

Pour plus d’informations voir http://europedirectbucuresti.ier.ro/evenimente/teatru-forum-la-liceul-teoretic-mihail-kogalniceanu-din-ciofliceni-snagov/

20 février
L’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme a lancé une campagne de conscientisation sur les multiples formes de manifestation de la violence dans le milieu scolaire et de responsabilisation des enfants/jeunes sur la nécessité de limiter les situations conflictuelles. Les activités et les ateliers de la campagne ont commencé à l’Ecole gymnasiale „Apostol Arsache” de Giurgiu et au Lycée technologique „Dimitrie Gusti” de Bucarest. Dans le cadre du partenariat établi entre les deux institutions – IRDO et le lycée mentionné – et faisant partie du projet antiviolence et anti-bullying de l’ISMB intitulé „Implique- toi dans ta vie !”, a été réalisée une heure d’enseignement interactif. Les élèves de 9ème, sous la coordination de la professeure Liliana Violeta Constantin, ont participé à la réalisation des matériaux présentant les types de violence, ont formulé des propositions de solutions nonconflictuelles pour la résolution des situations de tension et ont réalisé des affiches aux messages antiviolence.

26 février
La Caravane „C’est dans ton pouvoir de changer les choses” ayant comme objectif la promotion du droit au vote et l’implication des jeunes, en tant que partie importante de la société civile, dans le processus des élections pour le Parlement Européen, de 26 mai 2019, a fait une nouvelle halte.

Cette fois-ci, l’hôte de la Caravane de théâtre forum a été le Lycée Technologique de Fierbinti, du département de Ialomiţa. Les participants, élèves de la dernière année et cadres didactiques, ont eu la possibilité de conscientiser, à travers cette forme d’éducation non- formelle et interactive, que leur implication personnelle est essentielle pour obtenir des changements et des améliorations au niveau de la société.

A cette occasion, aux participants impliqués dans l’événement – le Centre d’Information Europe Direct et l’IRDO – s’était joint un ancien diplômé du lycée, le président de l’Association „Junii” et promoteur de la campagne#dedataastavotez gérée par le Bureau de Roumanie du Parlement Européen.

La méthode de théâtre forum proposée par la campagne a consisté dans la participation à une pièce de mœurs électorales qui a donné lieu à des réflexions, des réactions et des débats. En tant que participants directs au spectacle, les jeunes ont été invités à un exercice direct par lequel ils ont pu conscientiser leur droit à la participation et la valeur et l’importance de l’implication personnelle.

Les acteurs impliqués ont été également les jeunes – des élèves du Lycée Théorique „Jean Monnet”, du Collège National „Ion Creanga” et du Lycée Théorique „Mihail Sadoveanu” de Bucarest. Le formateur de la troupe de théâtre sur le thème des élections pour le Parlement Européen a été Mandruta Andreescu, de l’Association „Jeunes pour l’Europe de demain”.

Plus d’informations sur http://europedirectbucuresti.ier.ro/evenimente/teatru-forum-la-liceul-tehnologic-din-fierbinti-targ/

28 février
Dans le cadre de la campagne antiviolence déroulée dans des institutions scolaires de Bucarest, l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme a réalisé une nouvelle activité en partenariat avec l’Ecole Gymnasiale no. 150.

L’atelier a visé la connaissance et la compréhension des types de violence et la croissance du degré de conscientisation de la contribution personnelle à la création et le maintien d’un climat non-agressif dans la collectivité.

S’adressant à des élèves du cycle primaire, l’activité, coordonnée par Mme Iuliana Coarna, responsable du projet, a consisté dans la présentation des notions apprises par des dessins.

Le thème proposé a été de dessiner une situation conflictuelle et une/des modalités de résolution, chaque solution étant discutée par les élèves. La conclusion a été que, en choisissant de voir seulement les causes du conflit on contribue au maintien de la violence. Quand on comprend que tous les problèmes qui mènent au conflit ont une solution, on va choisir de la rechercher avant de recourir à la violence.


Cours et ateliers organisés au cours de l’année 2015

Pour le personnel didactique

  • Cours de formation sur le thème: Éducation pour les droits de l’homme et de l’enfant”


Académiques

  • Session de communications scientifiques sur le thème „Droit à la bonne gouvernance”, organisée à l’occasion de la 25ème anniversaire de la création de la École nationale d'études politiques et administratives et de la 70ème anniversaire de la création de l’Organisation des Nations Unies et de la 60ème anniversaire de l’adhésion de la Roumanie à l’ONU


Retour


Cours et ateliers organisés au cours de l’année 2016

Pour le personnel didactique

Dans le domaine de la formation continue des enseignants et des professeurs qui réalisent l’éducation pour les droits de l’homme, l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme a continué au cours de l’année 2016 l’organisation, en partenariat avec la Maison du Personnel Didactique de Bucarest, du programme de formation sur le thème „Éducation pour les droits de l’homme et de l’enfant”. Ce programme est accrédité par le Ministère de l’Éducation Nationale ayant comme public cible le personnel didactique et didactique-auxiliaire de l’enseignement préuniversitaire.

  • Cours de formation sur le thème „Éducation pour les droits de l’homme et de l’enfant”


Académiques

  • La coordination de la Chaire UNESCO pour les droits de l’homme, la démocratie, la paix et la tolérance par l’IRDH et l’Université de Nord de Baia Mare est une activité à caractère permanent qui inclut des cours de master, les seuls de ce type en Roumanie; la Chaire fonctionne sur la base d’un accord conclu entre l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture – Paris, l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme et l’Université de Nord de Baia Mare. Cette Chaire est un centre de recherche, de débat et de formation au niveau post-universitaire dont les programmes de master, les seuls de ce type en Roumanie, intègrent, en accord avec les évolutions et les progrès enregistrés dans ce domaine spécifique, les résultats des recherches réalisées au niveau national et international. En 2016 une nouvelle promotion a obtenu le diplôme de master en droits de l’homme, démocratie, paix et tolérance.
  • Cours sur le thème „Interprétation et application de la Convention et des Protocoles additionnels. Jurisprudence de la CEDO”


Retour


Cours et ateliers organisés au cours de l’année 2017

Pour les enfants

En 2017, l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme s’est fixé comme objectif prioritaire, dans le contexte plus large de sensibilisation à la nécessité de connaître et de respecter les droits de l’homme, d’informer et de sensibiliser les enfants à la problématique de la discrimination et de l’intolérance. Ainsi, les sessions de formation et d’information ont visé ces aspects, différentes manifestations étant organisées tant au siège de l’Institut que dans le pays avec les partenaires de l’IRDH.

  • Dans le cadre du partenariat établi entre l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme et l’École secondaire „Ion Vişoiu” de la ville de Chitila, les élèves ont été invités au siège de l’IRDH où un atelier a été organisé ayant comme objectif d’informer les jeunes sur la lutte contre le racisme, l’intolérance et la xénophobie. Dans le cadre d’une session de questions-réponses et des débats sur la reconnaissance des droits de l’homme on a discuté le thème de la discrimination, de l’intolérance et de la migration.
  • A l’occasion de la Journée Internationale de Commémoration des Victimes de l’Holocauste, le Directeur de l’IRDH a été invité, en vertu du protocole de partenariat avec le Lycée théorique „Tudor Vladimirescu” de Bucarest d’ouvrir les travaux de la Conférence sur le thème „La tolérance est-elle une valeur effective? Quelle est la relation entre les droits de l’homme et les valeurs spécifiques d’une société démocratique?”
  • La deuxième édition du Symposium municipal intitulé „Ne pose pas d’étiquettes, ne discrimine pas, n’oublie pas !” organisée à la Bibliothèque Municipale „Petru Maior” de Targu-Mureş
  • La Campagne „Disons NON à la discrimination!” a réuni des sessions ponctuelles d’information dans plusieurs lycées de Ploieşti et de Buzău.
  • La Campagne sur le thème „Sans haine, avec tolérance” déroulée dans le cadre du concours national ayant le même titre
  • Les débats sur le thème de la discrimination et de la lutte contre le racisme ont également eu lieu dans le cadre du projet „L’école autrement”, à cette occasion étant organisée aussi la table ronde sur le thème „Rôle de l’éducation civique dans la lutte contre le racisme”

Académiques

  • Symposium sur le thème „Racisme et xénophobie envers les migrants. Défis pour les institutions européennes”


Retour


Cours et ateliers organisés au cours de l’année 2018

22 février-3 mai
Cours de longue durée intitulé „Éducation pour les droits de l’homme dans le milieu scolaire” auquel ont participé, pendant plusieurs semaines, pour un total de 40 heures, 30 personnes – personnel didactique (ayant des fonctions de direction ou impliqué dans différents projets scolaires) et personnel non didactique (secrétariat, bibliothèque).

15 mars
En partenariat avec la Maison du Personnel Didactique de Bucarest, le Secteur de formation de l’IRDH a organisé l’atelier-débat intitulé „Entre la discipline scolaire et les droits de l’enfant”. L’atelier a eu comme objectif la présentation des droits de l’enfant tels qu’ils sont mentionnés dans la Convention internationale relative aux droits de l’enfant, en soulignant les droits qui sont d’intérêt prioritaire du point de vue du contexte scolaire, et en mettant l’accent sur les responsabilités qui reviennent aux élèves et au personnel didactique quant à leur application.

28 mars
A l’invitation de l’École„Prof. Ion Vişoiu” de Chitila, l’IRDH a présenté, dans le cadre de la „Semaine autrement” déroulée dans cette école, un matériel interactif sur le droit à l’éducation des enfants, dans les conditions où il existe un risque de plus en plus élevé de regarder l’école plus qu’une obligation qu’un droit qui doit être fructifier.

29 mars
Toujours dans le cadre de la „Semaine autrement”, l’IRDH a été invité à participer à l’action de sensibilisation et d’atténuation d’un phénomène fréquemment rencontré à l’école: le bullying. Un mini cours avec des applications conçues pour le niveau de compréhension des enfants a présenté ce sujet au l’Lycée „Nicolae Iorga” de Bucarest.

30 mars
« Comment allons-nous traiter les personnes handicapées », tel était le thème d’un cours visant à sensibiliser l’opinion aux différences entre les individus et à la nécessité d’aider ceux qui, pour diverses raisons, ne peuvent participer pleinement à la vie sociale.

18 avril
Cours consacré à un droit de l’enfant qui n’a pas toujours été une priorité pour les adultes - le droit de jouer et de participer à des activités récréatives.

25-26 avril
Deux cours de formation axés sur l'éducation aux droits de l'homme et adressés au personnel enseignant sur le thème « Entre discipline scolaire et droits de l'enfant »

21 mai
Cours consacré à la mise en œuvre des droits des personnes âgées en soins de longue durée dans des centres spécialisés ou à domicile.

3 août
Cours d'une journée sur la protection contre la violation des droits sur Internet principalement destiné à la protection des mineurs. 30 représentants d'institutions du comté de Constanţa ont assisté au cours.

26 septembre
L’Institut Roumain pour les Droits de l’homme, en collaboration avec ses partenaires de United Way et du musée de la municipalité de Bucarest - Palais Şuţu - a organisé un atelier de formation interactif destiné à 20 enfants vulnérables (y compris des enfants roms) bénéficiaires du programme UWRo et sous les soins de plusieurs organisations à but non lucratif.
Le projet commun reposait sur l’idée que l’éducation signifiait la connaissance de soi et la connaissance d’autrui, tandis que la prise de conscience de ses propres droits supposait une meilleure gestion des relations entre les enfants - à l’école et dans la société. La méthode d'apprentissage utilisée dans le cadre du cours, suivie d'un atelier de dessin, était non formelle, la classe éducative étant basée sur le jeu et la co-participation.
Ainsi, le cours intitulé «Les droits de l’enfant pour les enfants» visait à mieux comprendre la nécessité de connaître ses propres droits et libertés, mais également de respecter les droits des autres.

Voir plus de détails ici (ro).

10 octobre
La stratégie de l’Institut concernant la formation du personnel des organisations non gouvernementales travaillant directement avec des mineurs souligne la nécessité de créer un cours présentant les politiques organisationnelles relatives au droit de l’enfant à la protection. Ce cours a été mis en œuvre avec l’assistance de l’organisation United Way Romania qui a assuré la participation d’experts à la session de formation (directeurs, coordinateurs de projet, pédagogues scolaires, assistants sociaux, enseignants) de 10 organisations (Association Touched Romania, Fondation YOYO, Fondation Providenţa, Association Ana şi copiii, Association Arhidiacon tefan, École Rut, Association Lindfeld, Fondation Inocenţi, Lycée Mihail Kogălniceanu, Association ROI).
Le cours a présenté les droits des enfants à la protection qui pourraient être mis en œuvre au niveau organisationnel, y compris les mesures nécessaires pour que les enfants puissent participer eux-mêmes (informations sur leurs droits, implication des enfants dans le processus de décision en matière de protection, rôle adapté à leur âge avec l'adoption de ces politiques); questions liées aux attitudes et comportements recommandés ou interdits; prévention des abus; reconnaître, signaler et réagir facilement aux accusations d'abus; recrutement et formation du personnel.
Les discussions qui ont suivi ont mis en évidence certains des problèmes et obstacles rencontrés par ceux qui assumaient la difficile mission de mettre en œuvre et de protéger les droits des enfants, ces derniers étant le plus souvent en situation de vulnérabilité.

 15 novembre
 Au Collège technologique «Dimitrie Gusti» à Bucarest, l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme a organisé un cours de formation pour le personnel enseignant et auxiliaire de l’institution d’enseignement. En vue du 3 décembre prochain, jour de la célébration de la Journée des personnes handicapées, la session visait à informer sur les droits des personnes appartenant à cette catégorie vulnérable. Les discussions ont également porté sur la mise en œuvre de politiques et de bonnes pratiques en milieu scolaire, qui devraient conduire à l'élimination des tendances discriminatoires - rencontrées parmi les élèves ou les enseignants - causées par l'existence d'un handicap.
 Il a été souligné que les personnes handicapées peuvent être victimes de discriminations multiples, car les discriminations liées au handicap s'ajoutent à celles liées au genre, à l'appartenance ethnique, à la classe sociale ou au niveau d'insertion sociale, au logement (urbain ou rural), au degré de pauvreté, etc.

 20 novembre
 La Journée mondiale de l’enfance a été célébrée par l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme et les élèves de l’école secondaire n ° 117 de Bucarest. Deux classes de cinquième année - dont le programme comprend l’étude des droits de l’enfant - ont participé à des ateliers interactifs consacrés à la tolérance, à l’empathie et à l’acceptation mutuelle. La thématique visait à amener les enfants à comprendre différents points de vue sur un problème ou une réalité et sur le fait que, même si les points de vue semblent complètement différents, il peut exister des points communs entre eux.
 Afin de mieux comprendre ces choses, le point de départ était la présentation d’images doubles, qui pouvaient être interprétées différemment selon leur angle de perception. Après avoir déchiffré les images et exprimé leurs opinions, les enfants ont été encouragés à illustrer par des situations réelles l’existence de deux points de vue différents susceptibles de coexister.

 21 novembre
 Au collège «Prof. Ion Vişoiu», dans le cadre du projet interculturel au niveau de l’unité éducative intitulée «Ensemble pour la communauté dans l’Année du Centenaire», l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme a organisé un cours interactif correspondant à un objectif important du projet : acquérir les compétences de communication et de socialisation, en mettant l’accent sur les techniques de communication non violentes. Ainsi, le sujet choisi était: «10 obstacles à la communication».
 Les élèves de deux classes - VI et VII - ont participé à l’élaboration du thème proposé et ont identifié plusieurs obstacles à la communication: menaces, accusations, insultes, interprétations erronées, etc. Ils ont également illustré des situations vécues en classe ou dans d’autres contextes sociaux où d’une barrière de communication avait conduit à la survenue de violence sous forme verbale ou physique.

3 décembre
 Afin de sensibiliser l’opinion à l’importance de la Journée internationale des personnes handicapées, célébrée chaque année le 3 décembre, l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme a organisé un atelier à l’école secondaire n ° 88, auquel ont participé trois classes de 4ème.
 Les ateliers visaient à faire comprendre aux enfants les problèmes rencontrés par une personne présentant un certain type de handicap et comment ils pourraient contribuer à la réduction des obstacles rencontrés dans l’environnement ou dans la communauté (réduction ou élimination de la discrimination, augmentation de la tolérance à l’égard de ce qui est différent, etc.).
 Pour y parvenir, au-delà des discussions et des échanges d'idées avec les élèves, les enfants ont été impliqués dans une application pratique destinée à leur faire percevoir directement les difficultés engendrées par un handicap. Ainsi, les enfants ont été regroupés en équipes de cinq personnes, qui ont reçu des fiches écrites contenant des articles de la Convention internationale des droits de l'enfant et un représentant de chaque équipe a «lu» l'article que son équipe avait reçu. Cependant, la «lecture» se faisait uniquement en remuant les lèvres, sans aucun son, de sorte que le reste des enfants soit obligé de déchiffrer et d'interpréter le message uniquement en regardant les lèvres de leur collègue. L’équipe de chaque représentant avait pour mission de deviner le contenu de l’article et de le rendre aussi fidèlement que possible. Les retours ont prouvé que le défi, au-delà de la nouveauté de la situation, faisait bien comprendre aux enfants les nombreuses difficultés qu’éprouvait une personne ayant une déficience auditive.


Retour