Femmes

Les événements historiques et les évolutions politiques, sociales et culturelles ont créé seulement au XIXème siècle le cadre propice à l’affirmation des droits des femmes. Deux repères importants de l’époque ont été la pensée illuministe et le développement du concept de droit de l’homme, ainsi que la proclamation, pendant la Révolution Française, de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Une précurseure de l’activisme féministe a été Olympe de Gouges (7 mai 1748 – 3 novembre 1793), auteure dramatique et archiviste dont les écrits extrêmement populaires soutenaient l’amélioration des conditions des esclaves des colonies. Olympe de Gouges est celle qui a demandé pour la première fois que les femmes jouissent des mêmes droits que les homes dans sa célèbre “Déclaration concernant les Droits de la Femme et de la Femme citoyenne” de 1791. Ainsi, au long du XIXème siècle, parallèlement aux débats sur la liberté religieuse, l’abolition de l’esclavage, le droit de vote etc., on a commencé a parler de la liberté des femmes. Emmeline Pankhurst (15 juillet 1858 – 14 juin 1928) a été l’activiste britannique, leader du mouvement des suffragettes, qui a aidé les femmes à conquérir le droit de vote. En 1999, la revue “Time” la mentionne parmi les plus importantes 100 personnalités du XXème siècle, en affirmant qu’elle a bouleverser la société, en imposant une nouvelle dimension et une nouvelle image de la femme, une vision irréversible. En Roumanie, une personnalité féminine remarquable a été Ana Ipătescu dont les initiatives et l’héroïsme montrés pendant la Révolution de 1848 des Pays Roumains, ont attiré l’attention de la presse étrangère de l’époque.
 A la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, Eleanor Roosevelt (11 octobre 1884 – 7 novembre 1962) a été celle qui a exercé (A FACUT) des pressions sur les Etat Unis pour qu’ils adhèrent aux Nations Unies. C’est toujours elle qui a surveillé et a contribué à la rédaction du contenu de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Les femmes ont réussi à se faire entendre avec beaucoup de sacrifices et après une longue période au cours de laquelle elles ont été placées en positions inferieures à celles des hommes, en considérant que leur unique mission était de s’occuper de la maison et de la famille. Aujourd’hui, il existe des femmes en postes de direction, au sein des organismes et des organisations qui militent pour les droits et les libertés fondamentaux et pour l’émancipation des refugiés. Tous ces droits doivent être promus et protégés concrètement et constamment. Au début du XXIème siècle, les droits des femmes sont reconnus par la communauté internationale et consacrés par toute une série de documents et des instruments ayant force de loi.

Instruments
Publications
Événements
Conclusions et recommandations de l’ONU concernant la mise en œuvre par la Roumanie de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes – courte présentation

Instruments

Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes
Protocole facultatif à la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes
Déclaration sur la protection des femmes et des enfants en période d’urgence et de conflit armé
Déclaration conjointe sur la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (Convention d’Istanbul) (ETS 210)

Décision gouvernementale n ° 365 du 24 mai 2018 sur l'approbation de la Stratégie nationale pour l'égalité de chances et de traitement entre hommes et femmes ainsi que sur la prévention et la lutte contre la violence domestique pour la période 2018-2021 et le Plan opérationnel pour la mise en œuvre de la Stratégie nationale pour l'égalité des chances et des traitements entre hommes et femmes et pour prévenir et combattre la violence domestique pour la période 2018-2021   ro
Loi no. 35 du 27 mars pour compléter l’art. 23 de la Loi no.217/2003 sur la prévention et la lutte contre la violence en famille (text en roumain)
Loi no.23 du 9 mars 2015 sur la déclaration de la journée de 8 mars en tant que Journée de l’égalité de chances entre les femmes (text en roumain)
Loi no.202 du 19 avril 2002 sur l’égalité de chances et de traitement entre femmes et hommes (text en roumain)

Retour au sommaire

 

Publications

 

  • Drepturile femeii – reglementări internaţionale şi naţionale, IRDO, Bucureşti, 1995 (Droits de la femme – règlements internationaux et nationaux, IRDO, Bucarest, 1995)
  • Şanse egale, şanse reale. Studii şi cercetări privind drepturile femeii – Equal Opportunities, Real Opportunities. Studies and Research on Women’s Rights, IRDO, Bucureşti, 1996 (Chances égales, chances réelles. Etudes et recherches sur les droits de la femme, IRDO, Bucarest, 1996)
  • Drepturile femeii – egalitate şi parteneriat, IRDO, Bucureşti, 1997
  • Drepturile femeii – egalitate şi parteneriat, a 2a editie revizata si completata (Droits des femmes – égalité et partenariat, 2ème Edition révisée et complétée, IRDO, Bucarest, 1997)
  • Raport privind drepturile femeilor şi instituţiile naţionale pentru drepturile omului (contribuţie la raportul OSCE), IRDO, Bucureşti, 2012 (Rapport sur les droits des femmes et les institutions nationales pour les droits de l’Homme - contribution au rapport de l’OSCE), IRDO, Bucarest, 2012)
  • Raport al Institutului Român pentru Drepturile Omului către Biroul Înaltului Comisariat ONU pentru Drepturile Omului cu privire la formele de discriminare multiplă şi violenţă împotriva femeilor şi fetelor în contextul rasismului, xenofobiei şi intoleranţei - Cum afectează discriminarea multiplă drepturile femeilor şi fetelor, 27 ianuarie 2017 (Rapport de l’Institut Roumain pour les Droits de l’Homme au Bureau du Haut Commissariat de l’ONU pour les Droits de l’Homme sur les formes de discrimination multiple et la violence à l’égard des femmes et des filles dans le contexte du racisme, de la xénophobie et de l’intolérance – Comment la discrimination multiple affecte-t-elle les droits des femmes et des filles, le 27 janvier 2017)

Retour au sommaire

Événements

2016

  • Symposium sur le thème “Tolérance zéro envers la violence à l’égard des femmes et la violence domestique”
  • Symposium sur le thème «Egalité de traitement entre salariés, hommes et femmes. Application de la Directive 97/81/CE»
  • Conférence sur le thème «Egalité des chances et de traitement entre les hommes et les femmes – un principe fondamental des droits de l’homme»
  • Conférence sur le thème «5e anniversaire de l’adoption de la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique»


2017

  • Débat sur le thème «Egalité de genre et stimulation de toutes les femmes et les filles – un objectif de l’Agenda 2030»
  • La Campagne «Tous pour la paix» (Together for Pace), popularisée par l’IRDO dans le cadre de l’événement «Prospérité et paix dans 196 nations à l’occasion de la Journée Internationale de la Paix»
  • Débat sur le thème «Combattons la violence à l’égard des femmes»

Retour au sommaire

 

Conclusions et recommandations de l’ONU sur la mise en œuvre par la Roumanie de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes

Au cours de la 67ème session du Comité de l’ONU pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes – juillet 2017 –, a été réalisée l’évaluation périodique de la Roumanie concernant la mise en œuvre de la Convention de l’ONU sur l’élimination de toutes les formes de discrimination a l’égard des femmes. Le Rapport du Comité de l’ONU contient toute une série d’observations et de recommandations d’ordre général, mais aussi sur des thèmes particuliers : l’accès des femmes à la justice, le problème des stéréotypes, la violence à l’égard des femmes et l’exploitation sexuelle, la représentation politique, l’éducation, le marché du travail, la santé, la situation des femmes dans le milieu rural, les femmes migrantes, les femmes victimes de la discrimination multiple, le mariage et les relations de famille.
Parmi les aspects positifs mis en évidence dans cette évaluation périodique, on peut mentionner: les amendements apportés en 2013, 2015 et 2016 à la Loi no.217/2003 sur la prévention et la lutte contre la violence en famille, les amendements apportés en 2012 à la Loi no.202/2002 sur les chances et le traitement égal pour les femmes et hommes et le Nouveau Code Pénal qui harmonise la législation concernant le trafic de personnes. Le rapport fait également mention des stratégies nationales adoptées pendant la période de l’évaluation qui ont visé l’égalité des chances pour les femmes et les hommes, la lutte contre le trafic de personnes et la prévention et la lutte contre la violence domestique et les plans respectifs d’action. Le rapport a également apprécié la ratification par la Roumanie de la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et contre la violence domestique (Convention d’Istanbul) ratifiée en 2016. En même temps, eu égard la visibilité et l’invocation de la Convention dans la législation nationale, le Comité a exprimé son inquiétude concernant le fait que la Convention n’est pas invoquée directement, qu’elle est insuffisamment appliquée par les tribunaux et n’est pas connue par le public. S’ajoute l’inexistence des données statistiques relatives aux femmes qui ont soutenu leur droit à la non-discrimination et à l’égalité en invoquant soit les dispositions de la Convention, soit la législation nationale dans le domaine. Ces faits montrent une insuffisante connaissance de la Convention et du Protocole facultatif par ceux qui travaillent dans le domaine de la justice et par les femmes an général.
L’État roumain doit améliorer la collecte des données. Celles-ci sont importantes parce qu’elles constituent les instruments d’identification efficaces des cas de discrimination multiple et de mesure de l’impact des politiques et des stratégies visant l’égalité de genre.
Le Parlement roumain a un rôle essentiel dans la mise en œuvre de la Convention. Le pouvoir législatif doit prendre toutes les mesures pour que les recommandations du Comité soient mises en application jusqu'à la prochaine évaluation de 2021.
Voir également la synthèse plus détaillée des conclusions et des recommandations du Comité de l’ONU pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes.

Retour au sommaire